Syrie: Frappe russe sur le viaduc de Siyasiyeh

Le média russe RT (1) a diffusé, ce 24/10/2015 au matin, des images censées représenter l’attaque, par les forces aériennes russes en Syrie, du pont sur l’Euphrate à Deir Ez-Zor.  Aujourd’hui, kurultay.fr va s’adonner, modestement comme toujours, au petit jeu de l’analyse post-strike (2) sur la base d’éléments librement accessibles. Disons-le tout net: la tâche est à appréhender avec prudence et humilité sous peine de diffuser des balivernes. Tâchons donc d’en faire un cas d’école pour illustrer une certaine manière de vérifier l’information afin d’estimer la portée et les limites de sa validité. C’est par le tweet ci-dessous que votre serviteur a découvert la nouvelle, au moment même de sa publication.

Voyons les éléments contextuels. Et dans un premier temps, situons Deir Ez-Zor sur la carte. Comptant environ 130 000 habitants avant la guerre, cette ville agricole doit une certaine prospérité aux terres fertiles qui bordent l’Euphrate.

Voyons maintenant les caractéristiques du terrain, à travers une prise de vue satellite de Deir Ez-Zor.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

La majeure partie du cours de l’Euphrate en Syrie est sous le contrôle de l’Etat Islamique. Quant à la ville de Deir Ez-Zor, elle cumule les caractéristiques qui en font une position stratégique: main d’oeuvre, nœud routier, présence d’infrastructures militaires conséquentes, dont une base aérienne aujourd’hui encore aux mains des forces gouvernementales syriennes. C’est donc très logiquement que le secteur est le théâtre d’affrontements successifs depuis le début du conflit, souvent d’une extrême intensité (3). Ces derniers jours, de nouveaux accès de fièvre ont vu l’Etat Islamique conduire des opérations contre les positions gouvernementales. La base aérienne constitue un enjeu de taille, car sans elle, les forces gouvernementales se verraient non seulement privées d’appui aérien, mais aussi d’approvisionnements: en s’emparant de Palmyre et de ses environs, l’EI a en effet privé les gouvernementaux du cordon ombilical qu’était la route n°7 (axe Damas – Deir Ez-Zor). Pour se faire une idée de l’occupation du terrain, je vous propose la carte ci-dessous, établie par “Agathocle de Syracuse” (c’est évidemment un pseudonyme). Je vous suggère également de le suivre sur Twitter (@deSyracuse) et de mettre son site Internet en bonne place parmi vos favoris: agathocledesyracuse.com

Image © @deSyracuse Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Dans une telle localité, bordant un fleuve d’un côté et un désert de l’autre, la question du franchissement de l’Euphrate est absolument essentielle, non seulement militairement parlant, mais aussi et surtout pour permettre la circulation des personnes et des biens, et donc la vie économique, la subsistance des populations, et la continuité de l’entretien des surfaces cultivables. A ce titre, il y avait à Deir Ez-Zor, avant la guerre, deux ponts franchissant l’Euphrate. Un pont piéton suspendu datant du mandat français, abattu lors de combats le 2 mai 2013 (4), et un viaduc routier, objet du présent article, et qui connut également des péripéties puisque les forces spéciales syriennes parvinrent à en dynamiter l’extrémité nord lors des combats contre l’Etat Islamique le 15 septembre 2014, scène illustrée par la vidéo ci-dessous.

Voyons ci-dessous les dégradations successives infligées aux ouvrages d’art dédiés au franchissement de l’Euphrate à Deir Ez-Zor au fil du conflit.

Configuration des ouvrages d’art franchissant l’Euphrate à Deir Ez-Zor avant la guerre. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Configuration des ouvrages d’art franchissant l’Euphrate à Deir Ez-Zor après la destruction du pont suspendu le 2 mai 2013. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Configuration des ouvrages d’art franchissant l’Euphrate à Deir Ez-Zor après le dynamitage du viaduc de Siyasiyeh par les forces spéciales syriennes le 15 /09/2014. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Vue sur les dégâts occasionnés par le sabotage du viaduc de Siyasiyeh par les forces spéciales syriennes le 15/09/2014. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Comme on peut le constater ci-dessus, le viaduc a été durement affecté par l’action de l’armée syrienne le 15 septembre 2014. C’est une partie aérienne de l’ouvrage qui a été touchée, ce qui est de nature à en complexifier la réparation: certes il n’y a guère lieu de douter des capacités de l’EI en termes de travaux lourds de ce calibre. Mais une remise en état dans les règles de l’art après de tels dégâts nécessiterait un chantier conséquent, avec à la clef de nombreuses allées et venues d’engins et du stockage de matériels spécialisés et de matériaux. Autant d’éléments vulnérables aux attaques aériennes.

A l’heure où ces lignes sont écrites, l’auteur ne dispose d’aucune information concernant les éventuels travaux effectués sur le viaduc de Siyasiyeh. Il est toutefois possible, en attendant mieux, d’étudier les images du pont au moment de l’attaque, telles qu’on peut les voir à travers l’objectif du système de visualisation de la force aérienne russe.

Image extraite de la vidéo illustrant la frappe russe d’octobre 2015. On peut observer de substantielles évolutions au niveau du tronçon saboté par les forces syriennes le 15 septembre 2014. Cliquer pour agrandir l’image.

L’image ci-dessus ne permet pas d’être absolument affirmatif quant à la nature des changements survenus à hauteur du tronçon saboté en septembre 2014. Il est en tout cas évident que quelque chose s’est passé, et que c’est la main de l’homme qui a produit là des effets. Votre serviteur ose avancer l’hypothèse d’une passerelle visant à relier la route (au niveau du sol) à la partie encore viable du viaduc. Si quelqu’un a une meilleure idée, qu’il se signale sans hésiter! En tout cas nous saurons, tôt ou tard… Mais il reste quelques autres élément inexpliqués dans ces images. Nota a posteriori: cet aspect fait l’objet d’une mise à jour au bas de l’article, en date du 26 octobre 2015.

On note un tronçon sud du viaduc fort sombre… Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Le tronçon sud apparait très sombre à l’image. Rien, dans l’environnement, n’est aussi sombre. En se reportant aux images du viaduc plus haut dans ce même article, on constate que c’est nouveau. Peut-être un ou plusieurs véhicules chargés d’hydrocarbures ont-il brûlé ici? Là encore, impossible d’être affirmatif sur la base des éléments actuellement rassemblés.

Passons à la frappe elle-même. Elle a visé une partie aérienne de l’ouvrage, située au-dessus du fleuve (ce qui tend à rendre les réparations encore plus ardues), vers l’extrémité du tronçon assombri. La cible a-t-elle été touchée, et le pont a-t-il été effectivement coupé? On note tout d’abord que la vidéo publiée se termine alors que toutes sortes d’éléments restent en suspension et empêchent de voir ce qu’il est advenu du tablier du pont…

Là encore, nous resterons sur notre faim. L’effet terminal ne peut être évalué de visu. A l’heure où est rédigé ce billet, le ministère russe de la Défense n’a pas communiqué autrement qu’en transmettant la vidéo ci-dessus aux médias. Les cachoteries ne plaident pas forcément en faveur de ceux qui les font, mais d’autre part, il serait maladroit de communiquer sur une frappe ratée dont le public pourrait assez rapidement observer l’échec. Donc nous patienterons… Mais à défaut de connaitre l’effet terminal de l’impact, observons l’impact lui-même. Ou… les impacts? Le lecteur est invité à visionner la vidéo en boucle pour évaluer lui-même les effets abordés ci-dessous.

Un projectile russe vient tout juste de frapper à hauteur de la seconde pile en partant du sud. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les effets pyrotechniques de l’impact s’amplifient. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les effets cinétiques (projections et leurs effets) commencent à s’avérer visibles. D’importants remous dans l’eau se manifestent. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les effets évoqués ci-dessus s’amplifient encore. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Une nouvelle explosion soulève des débris du côté droit du tablier. Noter la persistance du remous dans l’eau côté gauche. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Le viaduc a bel et bien été atteint aux environs directs de la deuxième pile en partant de la rive sud (côté ville de Deir Ez-Zor). L’emploi d’armes guidées ne fait aucun doute. L’hypothèse de deux impacts distincts peut être sérieusement envisagée, et les effets de l’un et de l’autre présentent des différences d’apparence. Cela peut être dû au fait que les projectiles ne seraient pas identiques. Ou bien encore des points d’impact présentant des caractéristiques différentes ont pu susciter des effets distincts. Reste que la persistance d’effets dans l’eau laisse envisager que des objets lourds et volumineux, provenant du tablier et / ou de la pile, sont tombés dans l’Euphrate. Il n’est donc pas farfelu de considérer que le viaduc a subi des dommages conséquents. Mais seule une observation directe (photo sur place, imagerie satellite, produit reconnaissance aérienne) permettra de savoir si ces dommages vont jusqu’à la coupure effective de l’ouvrage d’art.

Le présent billet sera mis à jour au fil des éléments nouveaux à paraître. L’auteur ne peut en revanche mettre le point final à son propos sans préciser que l’atteinte aux ouvrages d’art a certes un effet militaire conséquent, mais qu’elle induit également des nuisances aux populations. Par ailleurs, l’extension de la guerre aux zones agricoles a des effets à long terme peut-être difficilement réversibles. Pour vous en convaincre, observez via Google Earth l’évolution de la végétation sur les terres cultivées aux alentours de Deir Ezzor entre l’avant-guerre et aujourd’hui. En ces zones où l’irrigation est un enjeu majeur, que la guerre empêche les populations agricoles de faire leur métier est loin d’être anodin.

Mise à jour 26/10/2015

Google Earth et les réseaux sociaux permettent d’affiner l’analyse ci-dessus, notamment en ce qui concerne la remise en service du viaduc par l’Etat Islamique après sa coupure par l’armée syrienne le 15 septembre 2014. Plus haut, nous envisagions, sur la base des images de la force aérienne russe, l’hypothèse d’une passerelle venue relier la partie encore debout de l’ouvrage d’art à la route en contrebas. Voyons les dégâts produits par l’armée syrienne le 15 septembre 2014 et les évolutions qui ont suivi.

Le tweet ci-dessous date du jour même de la démolition par les forces gouvernementales:

Il convient, dans un premier temps, d’authentifier les photo. Pour la première, c’est chose faite en constatant que trois repères flagrants coïncident.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Pour ce qui est de la deuxième photo (à droite dans le tweet), deux des trois repères identifiés sur la première, en l’occurrence ceux encadrés de blanc et de jaune ci-dessus, sont très clairement visibles sur le cliché (cf ci-dessous).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Nous sommes donc bien en présence de deux clichés du viaduc qui nous intéresse. La date à laquelle ils ont été postés valide le fait qu’ils illustrent bel et bien les dégâts occasionnés le jour même par les forces gouvernementales syriennes. Reste maintenant à savoir comment la scène du sabotage a été, par la suite, aménagée par l’Etat Islamique. De cela découlera une conclusion: les forces russes auront frappé un pont opérationnel ou… d’ores et déjà hors d’usage. Pour commencer, observons deux images satellite disponibles via Google Earth. L’une date du 29 septembre 2014, soit 14 jours après le sabotage des forces gouvernementales syriennes. L’autre date du 15 novembre 2014, soit 16 jours plus tard.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

De toute évidence, d’une image à l’autre, des travaux évoluent, qui visent à créer la base d’une liaison entre le sol et l’extrémité nord de la partie saine du tablier du viaduc.   Un nouveau tweet, ci-dessous, nous ramène à notre viaduc. On y apprend qu’un char de l’Etat Islamique (visible à l’image) et un autre véhicule ont été détruits “près du viaduc de Siyasiyeh”.  Interrogé sur ses sources, l’auteur observe un silence pesant, qui laisse à supposer qu’il a saisi une information à la volée et l’a rediffusée sans en maîtriser les tenants ni les aboutissants. La physionomie des dégâts est conforme à ce que l’on peut voir dans les images ci-dessus. Là encore, la prise de vue est effectuée depuis le côté sud.

Si le tweet a été émis le 20 septembre 2015, on ne connait pas la date des prises de vue. Reste que le viaduc est abattu. Les photos sont donc postérieures à l’action du 15 septembre 2014…

Dans le cercle rouge, le char de l’EI détruit par l’armée syrienne. Que fait-il au bout de la partie saine du tablier?

Le char détruit n’est pas “près du viaduc” mais dessus. Mieux encore, il est à l’extrémité de la partie intacte du tablier! On a du mal à concevoir une bonne raison pour qu’il soit venu là sans qu’il y ait un moyen de passer de la rive nord de l’Euphrate au viaduc et inversement. Les tankistes de l’EI ont sans nul doute mieux à faire que d’aller s’aventurer au bout du tablier d’un pont hors d’usage…

En jouant avec le contraste, les contours de l’accès chaussée / tablier se dessinent.

L’image ci-dessus, issue de la manipulation de la photo originale illustrant la destruction du char, laisse apparaitre la forme de la liaison pont-chaussée. A corréler avec la vue d’en haut qu’offre la vidéo de la frappe russe.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Ainsi, autant l’on ne connait pas encore l’effet réel de la frappe russe sur le viaduc de Siyasiyeh, autant il semble acquis que la force aérienne russe a frappé un pont en partie restauré, et en usage.

A suivre…

Jean-Marc LAFON

(1) Ex Russia Today, propriété de RIA Novosty.

(2) “Post-strike”, en jargon militaire, signifie “après la frappe”.

(3) La bataille de Deir Ez Zor, un exemple de la guerre moderne, par Grégoire Chambaz sur courrierdorient.net 

(4) La destruction de ce pont suspendu et ses conséquences sont exposées ici: http://apsa2011.com/apsanew/deir-ez-zor-destruction-du-pont-suspendu/?lang=fr




La Bombe, la Brute et le Truand

Savoir si un projectile est intelligent ou non n’est pas toujours le sujet prioritaire.

Syrie: les Russes arrivent

Depuis le 30 septembre 2015, les ailes russes frappent en Syrie, amenant sur ce triste théâtre d’opérations des matériels et des doctrines d’emploi méconnus du public occidental. Kurultay.fr avait abordé le domaine des opérations aériennes en février dernier (1) en évoquant le travail des aviations de la coalition dirigée par les USA contre l’Etat Islamique. Disons-le tout net: la vision russe de la guerre diffère assez nettement de son équivalent occidental. Par conséquent, les matériels et règles d’engagement aussi. De plus, l’aviation militaire russe a traversé une longue période noire après la chute de l’URSS, avec des investissements et des budgets en berne qui, longtemps, ne permirent d’entraîner et d’entretenir convenablement qu’un noyau opérationnel certes crédible, mais petit et employant des matériels vieillissants. Aujourd’hui, des matériels anciens, modernisés dans une certaine mesure, restent les indispensables bêtes de somme de l’aviation de combat russe, aux côtés de systèmes récents, modernes mais encore peu nombreux.

Depuis le début de l’intervention militaire russe en Syrie, les propagandes pro et anti intervention russe sont aussi prolixes l’une que l’autre, et s’autorisent quelquefois des interprétations frivoles de la réalité dans le but d’influencer l’opinion. Pas évident pour le public de détecter de façon autonome les âneries les plus grossières qui le guettent dans les ruelles sombres de l’univers médiatique, entre une frappe russe contre l’Etat islamique là où ce dernier ne se trouve pas et des affirmations sottes sur ce qu’impliquerait l’usage par les Russes d’armes guidées ou non. D’ailleurs, l’armement guidé a-t-il les pouvoirs magiques que l’on voudrait bien pouvoir leur attribuer?

Armement guidé: le biais cognitif

Par ailleurs, et à propos d’armes guidées, qu’il soit permis à votre serviteur de maugréer un coup contre les contrevérités que trop de commentateurs assènent – le plus souvent de bonne foi – avec pour effet d’ôter à l’opinion publique tout sens des réalités vis-à-vis de la guerre. Commençons par les fondamentaux: les mots que l’on met sur les notions. Celui qui a le premier qualifié d’ “intelligente” – smart en anglais – la bombe guidée a sans doute conçu ce jour-là l’idée la plus stupide de sa carrière. La bombe qui se dirige obstinément vers une tache laser ou des coordonnées GPS est certes obéissante quand elle condescend à fonctionner – ce qui n’est absolument pas systématique – mais elle n’a nulle autre intelligence que celle de l’eau qui suit le cours de la gouttière tout en obéissant à la loi de la pesanteur. Elle est rigoureusement incapable de différencier un bon d’une brute ou d’un truand, elle fait juste de son mieux pour aller là où on l’envoie. Si l’on cherche l’intelligence dans le process qui a conduit à délivrer cette bombe sur une cible, on la trouvera éventuellement dans l’autorité politique et les différents opérateurs qui ont eu à prendre des décisions et / ou à les exécuter. L’élément le plus stupide de la chaîne, même dans les contextes où la concurrence en la matière est la plus rude, reste… la bombe. Par conséquent, le bougre qui a eu l’idée d’appeler la bombe non-guidée “bombe stupide” – dumb bomb en anglais – a surtout péché en essayant de faire croire que les bombes guidées ne l’étaient pas. La bonne nouvelle reste que l’inventeur du smart et celui du dumb sont sans nul doute un seul et même individu. Sa punition ne nous coûtera donc qu’une tarte à la crème (2), rien moins qu’intelligente.

A propos d’économies de tartes, l’armement guidé a justement été inventé afin d’optimiser les ressources. La neutralisation du pont nord-vietnamien de Thanh Hoa, à une centaine de km au nord d’Hanoï, en fut un des exemples les plus flagrants. Ce pont fut un objectif majeur de l’aviation américaine qui lui consacra 700 sorties lors de l’opération Rolling Thunder, entre le 2 mars 1965 et le 31 octobre 1968. Il en coûta aux USA huit appareils, dont un C-130 engagé dans une nocturne et rocambolesque opération de mouillage de mines magnétiques destinées à démolir le pont. Et ce dernier, malgré quelques coups au but, resta ouvert à la circulation… D’autres tentatives infructueuses eurent lieu les années suivantes, entraînant trois nouvelles pertes. Le 27 avril 1972, l’US Air Force employa des bombes guidées par laser, mit des coups au but et obtint des effets concrets. Le 13 mai, lors de l’opération Linebacker I, elle récidiva, et put obtenir la fermeture du pont à la circulation. Le 6 octobre, les avions de l’US Navy frappèrent à nouveau en vue de compliquer d’éventuelles réparations. Des bombes Walleye à guidage TV (3) furent utilisées, à nouveau avec succès. L’arme guidée, réellement précise et utilisable à distance de sécurité, avait permis – enfin! – d’emporter un succès majeur en quelques sorties et sans pertes. Politiques et militaires en furent ravis, et aucun d’entre eux ne s’est alors inquiété de savoir si d’innocents civils nord-Vietnamiens avaient été tués ou mutilés par les bombardements du pont de Thanh Hoa ou leurs conséquences.

Cette image représente à la fois une cible irakienne vue à travers le pod de désignation laser d’un avion de la coalition en 1991, et le prisme à travers lequel on a, depuis cette époque, conduit les opinions publiques occidentales à regarder les guerres auxquels participaient leurs forces.

La 1e guerre du Golfe – du 2 août 1990 au 28 février 1991 – posa les fonts baptismaux d’une escroquerie intellectuelle dont les conséquences n’ont pas fini de nous faire croire que la guerre sait être belle. Le commandement de la coalition anti-Saddam Hussein (4) matraqua la scène médiatique, par CNN interposé, de vidéos issues de pods de guidage laser (5) et montrant bombes et missiles frappant avec une précision phénoménale. Des bombes qui passent par la cheminée, M’ame Michu! Pas de morts, pas de sang, pas de cris mais un beau jeu vidéo.  Bien sûr, les journalistes séjournant à Bagdad, encadrés de près par des militaires irakiens, purent filmer des maisons effondrées et des civils disloqués dans un bunker. On parla de dommages collatéraux, et il se murmura même que Saddam Hussein abritait des civils dans les sites sensibles pour imputer leur mort à la coalition. De toute façon, l’élément de langage suprême était lâché, incontestable, solennel, souverain : la frappe chirurgicale.

Tortionnaire de la joie

Nous sommes en 2015, et j’aimerais, à toutes fins utiles, rappeler au lecteur que les chirurgiens ne frappent pas les gens. Que la frappe est à la chirurgie ce que la torture est à la bonne humeur. Qu’une bombe guidée est une bombe comme une autre, sur laquelle on a greffé un kit de guidage pour (essayer de) l’obliger à aller où l’on veut. Ce faisant, on ne lui a ôté ni sa charge explosive, ni son corps métallique qui projette, en se brisant, des éclats meurtriers. Ses effets thermiques et mécaniques restent entiers. Tout au plus ce pouvoir destructeur est-il mieux dirigé. Encore que… Il n’est pas extrêmement rare qu’une bombe guidée rate sa cible, comme en témoigne le taux de fiabilité de 72% qu’affiche la GBU-12 (6). Soit 28% de “déchet” tapant ailleurs que là où l’on souhaitait que la munition produise ses effets. Il arrive aussi que la cible soit touchée très précisément mais que le choix de ladite cible ait été erroné (7). Mais surtout, dans le contexte d’une guerre civile, le combattant et le civil ne sont souvent qu’une seule et même personne. Et c’est tout à fait logiquement que, pour se protéger, le combattant brouille les pistes en évoluant autant que possible dans l’environnement civil. On a beau jeu de traiter de sales types ceux qui mettent leurs mortiers en batterie au beau milieu d’un village, mais à leur place, iriez-vous délibérément servir de cible facile à l’aviation en rase-campagne si vous pouviez faire autrement? Ainsi, il arrive que la cible soit touchée très précisément mais que son périmètre soit au moins autant fréquentée par des innocents que par des combattants. Là, il n’y a pas d’intelligence qui tienne. Juste des effets thermiques et mécaniques face auxquels nous sommes tous égaux.

Situation avant impact. La cible est le véhicule. Le réticule du pod de désignation donne l’échelle.

Permettez-moi d’imager quelque peu mon propos. Supposons que j’aie un fusil de précision pourvu d’une lunette aussi chère qu’un gros diesel Volkswagen non-polluant (8), et que l’ensemble soit capable de toucher un citron à 800m soixante-douze fois sur cent. Envisageriez-vous sereinement que je puisse m’en servir pour chasser le pigeon sur les Champs-Elysées par un beau samedi après-midi de printemps? Seriez-vous rassuré si je vous disais qu’un avion va lancer sur le pavillon d’en face (celui qui est habité par un quatuor de sympathisants d’al-Qaeda, hein, pas le vôtre) un tube de 140 kg d’acier contenant 87 kg d’explosif – du Tritonal, très bien: 80% de TNT, 20% de poudre d’aluminium – guidé par laser, GPS, Mappy et Via Michelin réunis? Chirurgical, mon bon ami, rien à craindre. Baissez tout de même la tête et envoyez le chien à la niche, on ne sait jamais…

Pour en revenir aux réalités du terrain, tout est relatif, à commencer par les effets indésirables d’une bombe. Il y a sans nul doute moins de risques de tuer ou blesser des civils en jetant quatre bombes “stupides” à chute libre sur une mitrailleuse en batterie à la lisière d’un bosquet qu’une seule bombe “intelligente” guidée sur un dépôt d’armes au beau milieu d’une agglomération. Tout comme il est moins risqué d’engager un ennemi en rase-campagne par une rafale d’arme automatique que par une seule cartouche de pistolet dans un marché bondé. Le tout n’est pas de savoir ce qu’on tire et quelle quantité on en tire, encore faut-il savoir, pour évaluer le risque, combien de personnes non-belligérantes on expose au danger. On a tout lieu de s’inquiéter des conséquences à long terme pour les civils de l’usage de conteneurs à sous-munitions par des belligérants contemporains (9). Le largage massif et imprécis de bombes lourdes ou de bombes-barils (10) sur des zones urbaines est évidemment voué à causer des dommages très au-delà des seuls combattants. Pour autant, qu’un belligérant emploie majoritairement des armes guidées ne le dédouane de rien, surtout s’il les tire dans des milieux très fréquentés par les non-combattants. Ajoutons à cela que correctement délivrée dans des conditions atmosphériques et opérationnelles satisfaisantes, la bombe à chute libre n’est pas nécessairement très imprécise, notamment si l’avion qui en est le vecteur dispose d’un système de navigation et d’armement adéquat.

Après impact. La cible a été touchée et détruite. Mais les effets s’étendent bien au-delà. Le résultat s’apprécie aussi à ce qu’abritait le bâtiment mitoyen, désormais en ruines…

Toute l’ingratitude de la responsabilité politique

De toutes ces considérations, que faire? En ces temps de coupe du monde de rugby, la réponse est sans nul doute à emprunter au langage rugbystique: revenir aux fondamentaux. La guerre est un acte d’essence politique. Il revient à l’échelon politique, et notamment à l’exécutif, d’en définir l’état final recherché, le cadre éthique, les limites au-delà desquelles les pertes amies et civiles seront intolérables – et donc, en creux, à l’intérieur desquelles elles seront acceptables –, et, ceci fait, d’en prendre et d’en assumer la responsabilité. En théocratie, cette responsabilités se prend devant Dieu. Et en démocratie, devant le peuple souverain. Cette responsabilité, l’élément de langage “frappe chirurgicale” a été inventé pour la fuir en se cachant derrière le mythe mensonger de la guerre cool. Et petit à petit, l’outil a mangé l’ouvrier. A clamer trop fort et trop souvent que l’on sait conduire des guerres propres parce qu’on n’est pas des barbares, on se condamne à le faire vraiment. Et donc, comme c’est impossible, on s’en trouve réduit soit à ne pas agir pour éviter à tout prix les dommages indésirables, soit à mentir, non pas comme un chirurgien (dentiste) mais comme un arracheur de dents, afin de camoufler les “bavures”.

Le propos n’est pas ici de dire qui, parmi les utilisateurs actuels d’armes intelligentes ou stupides, a raison ou tort. Mais on peut pointer du doigt les incohérences. Occidentales, par exemple. Critiquer une frappe russe qui tue des civils en Syrie tout en ne pipant mot sur une frappe saoudienne qui tue autant de civils au Yémen, voilà qui pose question. Et quand Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a déclaré, le 5 octobre 2015 au Monde  “J’espère que les frappes russes viseront désormais vraiment et uniquement Daech et les groupes proches d’Al-Qaida” (11), autant il a en cette occasion condamné l’usage de barils d’explosifs par les forces de Bachar al-Assad, autant il n’a pas plus parlé des bombes à sous-munitions russes – dont l’usage en Syrie était publiquement documenté depuis la veille (12) – qu’il ne l’a jamais fait des bombes à sous-munitions saoudiennes – dont l’emploi au Yémen est aussi avéré que décomplexé. Il serait tout à fait fâcheux qu’en démocratie, l’exécutif de la République se réjouisse secrètement de voir Russes et Saoudiens faire “le sale boulot qui tache mais il faut ce qu’il faut” tout en se drapant lui-même, publiquement, dans une vertu de façade…

Jean-Marc LAFON

Pour aller plus loin, je vous encourage à lire l’article de Joseph Henrotin paru dans DSI n° 117 (septembre 2015): “Sociologie de la bombe guidée, les paradoxes de la précision”.

(1) Aviation contre Etat islamique JM LAFON, kurultay.fr http://kurultay.fr/blog/?p=125

(2) L’auteur laisse le lecteur seul juge du caractère intelligent ou non de la tarte à la crème en tant que munition, et des contextes opérationnels où son usage est opportun.

(3) “Guidage TV”: le nez de la bombe contenait une caméra renvoyant ses images sur un écran dans l’avion, où un mini-manche permettait de corriger la trajectoire de la bombe.

(4) A laquelle, pour la petite histoire, participait l’armée syrienne d’Hafez al-Assad, père et prédécesseur de l’actuel président Bachar al-Assad.

(5) Le principe de fonctionnement du pod de désignation a été détaillé dans l’article cité au (1) ci-dessus.

(6) En Afghanistan, les Rafale tirent leur nouvelles bombe AASM Jean-Dominique MERCHET, blog Secret Défense http://secretdefense.blogs.liberation.fr/2008/04/23/en-afghanistan/

(7) Guettons à ce propos les résultats de l’enquête diligentée par les autorités US après le tragique et tout récent bombardement de l’hôpital MSF de Kunduz en Afghanistan.

(8) Toute ressemblance avec des évènements réellement survenus serait fortuite et, pour tout dire, déplacée.

(9) La Russie en Syrie et l’Arabie Saoudite au Yémen font un usage avéré de ces munitions.

(10) Barils remplis de centaines de kg d’explosifs largués depuis des hélicoptères, particulièrement utilisés par les forces syriennes.

(11) Transcription complète disponible sur le site du ministère: http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministre-les-secretaires-d-etat/laurent-fabius/presse-et-media/article/syrie-laurent-fabius-s-allier-avec-bachar-al-assad-serait-une-impasse-02-10-15

(12) Vidéo saisie le 04/10/2015 dans la région d’Alep: https://www.youtube.com/watch?v=3sKZE7qs0Qk&feature=youtu.be